Fiscalité
Opinions

L’édito de Sylvain Flahaut

par Sylvain Flahaut - le 13/02/2019

De l’intérêt d’une gestion raisonnable !

Au moment où nous publions cet édito, nous sommes en pleine saison des résultats trimestriels des grandes entreprises de notre planète. Il est encore trop tôt pour dresser un bilan, mais les premières salves de publications mettent en évidence des résultats assez satisfaisants sur la période passée. Toutefois, les prévisions très prudentes, voire même des « profits warnings » pour certains groupes, laissent présager une traduction dans les comptes à venir du fort ralentissement que nous notons notamment en Europe et en Chine, malgré la baisse des prix du pétrole. Les tergiversations politiciennes du Brexit et la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis pèsent sur les agents économiques. Gageons que les échéances prochaines de ces négociations en mars permettent une meilleure visibilité ! En cas de sortie positive nous pourrions entrer dans une nouvelle ère de croissance modérée et synchrone des différentes régions du monde. Dans le cas contraire de nouvelles turbulences sont à craindre : les plus téméraires pourront en profiter pour se positionner.

Sur les marchés actions, après le pire mois de décembre depuis 1930, le mois de janvier 2019 a été une cession de rattrapage technique amplifiée par un changement de discours, plus accommodant, de la Banque Centrale américaine. L’Intelligence Artificielle et les algorithmes n’ayant pas encore supplanté notre bon vieux pragmatisme, il convient de prendre en compte ces éléments, mais aussi les perspectives incertaines du Brexit et des négociations commerciales sino-américaines, sans pour autant sombrer dans le pessimisme récent du FMI : la patience est mère de toutes les vertus!

Au niveau des taux d’intérêts, il est remarquable de noter la fuite récente des investisseurs vers la dette d’Etats. Ainsi, le taux à 10 ans du Bound allemand a chuté à 0,08% et celui de l’emprunt d’Etat français à 0,51%. Ce flux est révélateur du manque de confiance des investisseurs sur les prochains mois, validant notre prudence… Cette situation conjuguée à une politique très accommodante de la Banque Centrale Européenne est extrêmement positive pour les emprunteurs, dans la mesure où elle favorise des taux de crédits toujours extrêmement bas. L’investissement immobilier par le crédit reste donc un excellent vecteur de constitution de patrimoine, à condition bien sûr de limiter son endettement à des niveaux raisonnables.

Face à un environnement incertain et compliqué, plus que jamais le bon sens d’une gestion raisonnable permet de se constituer et faire fructifier son patrimoine.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Sylvain Flahaut

Voir tous ses articles

Assurance-Vie
Fiscalité

Le Prélèvement à la Source des revenus du patrimoine

Voici une vidéo explicative des changements pouvant vous concerner, à regarder sans modération.

Vidéo

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part d'Optima Valeurs et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte