Notre PER… L’édito de Sylvain Flahaut

par Sylvain Flahaut - le 08/10/2019

Alors que le gouvernement travaille sur la réforme des retraites, la loi PACTE crée depuis le 1er octobre le Plan Epargne Retraite (PER). Cette nouvelle génération d’épargne retraite a pour but de motiver les français à capitaliser en complément du système actuel de répartition qui doit faire face à des challenges importants notamment au regard du vieillissement de la population. L’énorme changement réside dans la disponibilité de l’épargne constituée lors du départ en retraite : vous pourrez, sur option, tout retirer, voire, étaler ces retraits sous forme d’annuités. Ce changement fondamental était attendu et confère à ce nouveau type de contrat un incontestable avantage. Il vous sera aussi possible de tout retirer en cas d’achat de votre résidence principale. Ce plan sera ouvert soit par vous directement (le PER.INdividuel) soit par votre entreprise (le PER.Entreprise).

 

Au niveau de la phase épargne, le principe consiste à reprendre les contrats existants tels que le PERP, le PERCO ou le Madelin-retraite, avec les avantages de la déductibilité des versements sous certaines limites, et d’y ajouter une possibilité de versement libre sans déductibilité si vous le souhaitez. Les sommes ainsi épargnées seront capitalisées jusqu’à votre départ en retraite sur les supports financiers classiques obligataires, actions ou immobiliers. Il sera possible de transférer vos contrats actuels vers un nouveau PER et poursuivre, voire augmenter vos versements. Il conviendra toutefois d’étudier chaque transfert afin de s’assurer de son intérêt notamment au regard des tables de mortalité et des taux techniques des contrats en cas de sortie en rente.

 

Lors du départ à la retraite, c’est donc la possibilité de sortie en capital qui change la donne ! Attention, les primes qui auront été déductibles lors de la phase épargne seront réintégrées à vos revenus imposables. Vous pourrez optimiser cette fiscalité en cas de différentiel de tranche (TMI à 41 ou 45% en activité puis TMI à 30% en retraite). En revanche, les versements libres qui n’auront pas été déductibles ne seront pas fiscalisés, bien entendu. L’ensemble des plus-values capitalisées seront fiscalisées au taux forfaitaire (actuellement de 12,8%) plus contributions sociales (actuellement de 17,2%). Bien entendu, vous pourrez choisir une sortie en rente si vous le souhaitez.

 

Au total, c’est donc une réelle opportunité qui se présente à vous ! Préférez un PER assurantiel au PER bancaire car vous profiterez des avantages de l’assurance-vie en cas de décès.

 

Même si les établissements financiers ne sont pas encore prêts (ils affinent leurs contrats : j’espère avoir réalisé ma sélection pour la fin octobre !), c’est le moment de nous rencontrer afin d’étudier votre situation ainsi que vos possibilités de versement déductible en épargne retraite !

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

Sylvain Flahaut

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part d'Optima Valeurs et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fin de personnalisation des contenus, mesure d'audience, statistiques, partage sur les réseaux sociaux, profilage et publicité ciblée. En savoir plus

Ok, J'accepte